Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Un couteau de qualité est un couteau qui s’aiguise

En matière de coutellerie ou même d’outillages divers, l’affûtage reste souvent une préoccupation secondaire, faute de temps, de matériel adéquat, ou surtout de connaissances suffisantes pour en maîtriser les secrets techniques. Cependant, son importance ne reste même plus à démontrer : le meilleur couteau, ou l’outil de la plus belle qualité, ne livrera pas son potentiel lorsque son affutage sera déficient ou mal conduit. Pire encore, ce couteau ou cet outil émoussé peut “gâcher” le travail effectué ou être carrément dangereux, en ripant, et en se retournant contre son utilisateur.

Les mauvais couteaux coupent les doigts et laissent le bois

Atelier de faire

Avec une pierre naturelle

La pierre à aiguiser naturelle est toute indiquée pour aiguiser les lames en acier carbonne

  • Immergez la pierre au moins ¼ d’heure avant de l’utiliser (cela permettra de nettoyer la pierre et de la préparer pour un meilleur aiguisage).
  • Sortez la pierre de l’eau, et surtout ne la séchez pas.
  • Aiguisez votre couteau en faisant glisser votre lame sur la pierre avec un angle relativement fermé (environ 15° degrés d’inclinaison) et un geste régulier, sans forcer. Autant de passages de chaque côtés. Ne pas faire faire de va-et-vient.

Avec une pierre synthétique

La pierre synthétique est parfaite pour aiguiser les lames en inox

  • Immergez votre pierre au moins 2 heures avant son utilisation, gardez-la humide (comme pour la pierre naturelle).
  • Faites glisser votre lame sur la pierre en l’inclinant de 15 à 20° (selon “l’agressivité” et/ou la résistance du tranchant que vous souhaitez donner à votre couteau).
  • Glissez sur la pierre en maintenant le même angle sur toute la longueur de votre tranchant.
  • Répéter l’opération avec autant de passages sur les 2 faces.
  • Si le fil de votre couteau est très abimé, commencez par la face la plus abrasive (face ayant la couleur la plus sombre) et finissez en utilisant la même technique sur la face fine (face plus claire).
  • Opération à réaliser régulièrement sur la face fine pour garder le fil de votre couteau toujours tranchant.

Sed ut perspiciatis, unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam eaque ipsa, quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt, explicabo. nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit, aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos, qui ratione voluptatem sequi nesciunt, neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum, quia dolor sit, amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt, ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem.

Prendre soin de ses couteaux, quelques conseils de plus…

Tout propriétaire de couteaux responsable et attentionné, doit connaître les bases de l’entretien de ses outils tranchants. Un couteau bien entretenu servira de compagnon pour longtemps. Le terme “entretien des couteaux” englobe bien plus que le simple fait de savoir comment garder sa lame tranchante.

Pour une lame sans rouille

Le pire ennemi de tout couteau est peut-être la rouille. Ne vous y trompez pas, même si le fabricant a utilisé de l’acier inoxydable. Dans des conditions idéales, même l’acier inoxydable peut rouiller. Si vous vivez dans un environnement marin, veuillez à être très attentif. Puisque l’air dans les endroits comme les régions côtières a un taux d’humidité plus élevé que la normale, avec en plus, un peu de sel mélangé, il est important de garder la surface de la lame légèrement recouverte d’une pellicule d’huile. L’huile empêchera l’air salin humide d’entrer en contact avec l’acier de la lame. Toute huile lubrifiante de qualité ménagère suffira.

Si vous n’utilisez-pas votre couteau pendant longtemps, ne le laissez pas dans son étui en cuir, le cuir emprisonne l’humidité et cela pourrait oxyder la lame ou faire craqueler le manche. L’étui en cuir c’est que pour le transport !

Si le couteau venait en contact direct avec de l’eau salée, lavez le couteau aussitôt que possible avec de l’eau du robinet et appliquez de l’huile après l’avoir séché consciencieusement.

Ne pas oublier les axes

Les axes seront graissés, on les fera jouer pour que la graisse pénètre et on en éliminera le surplus pour éviter le risque de tacher ses vêtements.

Régulièrement l’intérieur du couteau sera curé des saletés (formées notamment par le feutre des vêtements agglomérés d’huile et de poussière diverses), pour éviter toutes rayures on utilisera des curettes en bois (cure-dent).

Couteau pliant et transport

Si l’on a l’habitude de porter son pliant dans la poche avec des clefs ou de la monnaie, mieux vaut choisir une matière résistante pour les plaquettes, ce peut-être, par exemple, du bois stabilisé ou du damas massif. Dans le cas contraire, mieux vaut prendre la précaution de ranger son couteau pliant dans un étui de cuir ou de feutre avant le transport.

Leave a comment